Courrier à Mme Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur

Lettre adressée en février 2009 à Mme Alliot-Marie suite à l'intention de M. Fenech de publier une nouvelle liste des sectes en France. 

15 février 2009  

Objet : Déclarations du président de la MIVILUDES au sujet d’une nouvelle « liste » de mouvements « sectaires ».  

Madame le Ministre,   

Un article paru dans Le Parisien du 13 février 2009, se fait l’écho de l’intention de la MIVILUDES d’établir une nouvelle liste ou « référentiel » des « mouvances et des pratiques témoignant de dérives sectaires ».

Mais la recommandation de vigilance vis-à-vis de cette initiative de la MIVILUDES que vous avez adressée à ce sujet aux services de Matignon y est aussi mentionnée.  

Nous tenons à vous féliciter pour l’attention que vous portez sur cette question sensible et votre souci du respect de la liberté de conscience.  

Cette année aura été marquée par des prises de positions assez extrêmes et particulièrement simplistes sur le sujet des « sectes », de la part de nombreux hommes politiques de tous bords. Elle aura aussi vu le vote d’une loi destinée à protéger les témoins de commission d’enquête parlementaire en général, mais dont l’objet spécifique de protéger les témoignages contre les « sectes » ne laisse aucun doute si l’on s’en réfère aux débats qui l’ont précédé au sein même de l’Assemblée Nationale[1].  

La couverture médiatique du sujet s’est elle aussi intensifiée tout en se radicalisant dans le sens de la discrimination de nombreux individus, groupes et pratiques.  

La nomination de Monsieur Fenech à la présidence de la MIVILUDES et ses actuelles déclarations d’intention complètent un tableau assez sombre et alarmant.  

Dans ce contexte nous vous encourageons vivement à poursuivre le dialogue engagé avec le Premier Ministre François Fillon afin de clarifier les intentions d’une politique de « lutte contre les dérives sectaires » qui ne respecte pas l'esprit de la laïcité et ternit l’image de la France en Europe et aux yeux des instances internationales.  

En particulier, la création d'une nouvelle liste noire serait à nos yeux l'expression d'une dérive majeure de la lutte antisectes.  

Nous vous prions de croire, Madame le Ministre, à l’assurance de notre très haute considération.  


[1] Intervention de M. Jean-Jacques Urvoas lors des débats du 4 avril 2008 : « Étant novice, mes propos seront nécessairement prudents. Il n’en demeure pas moins que je suis gêné par les échanges que nous venons d’avoir et sur la focalisation sur un seul type de commission d’enquête. Certes, je reconnais le travail remarquable effectué par les commissions d’enquête sur les sectes … »  http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2007-2008/20080130.asp

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)