Courrier à M. François Bayrou

Lettre adressée à M. François Bayrou, président de l'UDF, concernant sa réponse à notre demande de déclaration d'engagement pour un programme politique respectant la liberté spirituelle, dans le cadre de sa candidature aux élections présidentielles.

Monsieur François Bayrou
Président de l’UDF
133bis rue de l'Université
75007 Paris


Montpezat de Quercy, le 8 février 2007


Objet : Votre réponse à notre déclaration d’engagement
Réf : cicns/FB/n°3


Monsieur le Président, 

Nous avons bien reçu en date du 5 février 2007, votre réponse à notre déclaration d'engagement des candidats à l'élection présidentielle, sur la question des nouvelles spiritualités et nous vous en remercions.

Cette réponse nous a déçus car elle ne prend pas la mesure de la situation actuelle. 

Vous dites : "La laïcité...c'est-à-dire la relégation de la pratique religieuse à la seule sphère privée". Cela n'est pas exact puisque la loi de 1905 fixe justement les règles d'exercice public des cultes. Sur un autre plan, comment peut-on parler de "sphère privée" lorsque les minorités spirituelles sont continuellement discréditées sur la place publique ?

Plus loin, vous ajoutez : "Chacun a le droit de croire". Est-ce la réalité ? Lorsqu’un groupe est désigné sans preuve comme une "secte", il sort automatiquement du cadre de la laïcité. L'ordre public n'est alors qu'un prétexte qui permet de justifier cette mise à l'écart et les discriminations qui s'ensuivent.

Le thème de la laïcité est porteur. Tous les acteurs politiques en parent leur discours mais beaucoup semblent en oublier le sens. La France, même aujourd'hui, a énormément de mal à être laïque, à respecter les nouvelles croyances issues de l'émergence spirituelle de ces dernières années. L'affirmation du contraire est soit une cécité regrettable soit de la langue de bois.

L'impact électoral que représente l'ensemble des hommes et des femmes engagés dans des voies alternatives aux dogmes "reconnus" n'est pas pris à sa juste mesure. Il devra l’être tôt ou tard. 

Si votre réponse venait d'un manque d'information au sujet des débordements de la campagne antisectes, nous vous prions de consulter les documents sur notre site http://www.cicns.net/ et d'en tirer les conclusions qui s'imposent pour votre programme politique. Nos adhérents ne pourront pas se contenter de la réponse que vous avez apportée à notre proposition d'engagement

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)