Courrier à Alain Bedouet, journaliste à France Inter

A l'attention d'Alain Bedouet, journaliste à France Inter, à propos de son émission "Le téléphone sonne" consacrée au rapport parlementaire de la 3ème commission d'enquête sur les sectes

23 décembre 2006

Bonjour,

Le CICNS est une association indépendante dont l'objet est d'équilibrer le débat sur la question des nouvelles spiritualités.

Le 19 décembre 2006, vous avez consacré l'émission "Le téléphone sonne" à la présentation du rapport parlementaire sur les sectes.

En six mois, c'est la troisième émission que vous consacrez au sujet, la première était intitulée "Alerte aux sectes" et la deuxième "Sectes et argent" (présentée par Annette Ardisson). Ces titres à eux seuls montrent que vous souscrivez à l'amalgame communément admis qui range sans discernement les minorités spirituelles dans la catégorie des groupes délinquants. Vos invités sont systématiquement des représentants du discours anti-sectes le plus dur. La seule tentative d'équilibre perceptible a été l'intervention de Frédéric Lenoir dans la dernière émission.

Vous vous comportez sur ce sujet en porte parole des pouvoirs publics. Avez-vous écouté et analysé les auditions de cette commission parlementaire ? A l'évidence non car vous n'auriez pu rester silencieux devant les affirmations de M. Fenech et Mme Picard. Si vous abandonnez l'investigation à vos invités, n'est-il pas souhaitable de faire en sorte que cette investigation soit pluraliste ?

L'absence récurrente d'esprit critique dont vous faites preuve sur la question des minorités spirituelles ne sert pas l'information et le débat démocratique.

Cordialement,

L'Equipe du CICNS

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)