Courrier à Frédéric Lenoir, Le Monde des Religions

Lettre adressée au Monde des Religions à la suite de l'article "Les Apôtres de l'Apocalypse", de Benoît Merlin, paru en mars 2006.

M. Frédéric Lenoir, Directeur de la rédaction
Le Monde des Religions, 163 bd Malesherbes, 75 859 Paris Cedex 17

Montpezat de Quercy, le 10 mars 2006

Objet : Commentaires sur un article du Monde des religions n°16

Réf : cicns/FL/n°2

Monsieur,

Nous vous avons contacté en septembre 2005 afin de recueillir vos commentaires sur un projet de "Commission d'Enquête Citoyenne sur la liberté spirituelle en France", initié par le CICNS. Il nous semble urgent d'ouvrir un débat équilibré sur la question des nouvelles spiritualités communément appelées sectes.

L'article de M. Benoît Merlin, "Les Apôtres de l'Apocalypse", dans le numéro 16 du Monde des Religions (Mars-Avril 2006), ne fait que confirmer la nécessité d'un tel débat. Qu'un magazine de renom comme le vôtre, rassemblant les contributions de sociologues et d'écrivains prestigieux, s'autorise une paresse intellectuelle, voire déontologique, sur la question des sectes est préoccupant.

L'introduction de l'article porte en elle-même l'ambiguïté que l'on retrouve tout au long de votre analyse. Les sociologues parlent de "nouveaux mouvements religieux", refusant, pour ceux qui ont sérieusement étudié la question, le vocable de "secte" qui est devenu un terme d'exclusion et fait un amalgame entre spiritualité et criminalité. Les pouvoirs publics, les médias, les associations anti-sectes ne conçoivent que des mouvements sectaires, refusant de prendre en compte les études présentant une autre version de la réalité. L'utilisation qui est faite dans l'article des deux expressions semble signifier un refus de faire une vraie investigation.

Cette "facilité" se retrouve dans le texte. Les seules sources d'informations semblent réduites au Docteur Abgrall, à la MIVILUDES et à l'ADFI. Le Docteur Abgrall - qui a annoncé à la France entière, avec la certitude attendue d'un spécialiste, le suicide collectif de l'OTS pour, quelques années plus tard, évoquer "une vérité qui nous dépasse et qui va jusqu'au secret d'état"- est-il le seul expert crédible sur le prétendu phénomène sectaire en France ? M. Benoît Merlin, journaliste, a-t-il pris le temps de regarder le film d'Yves Boisset sur le sujet ? A-t-il consulté les nombreuses archives et documentaires édifiants qui parlent des drames de Guyana ou de Waco (nous nous les sommes procurés, ils sont disponibles sur l'internet) ou s'est-il contenté de lire les fiches des associations anti-sectes ? Le doute peut-il être suggéré au sujet du mouvement Brahma Kumaris - avec lequel le CICNS n'a aucun lien particulier - sur le simple fait d'avoir vu une personne dans la position du lotus alors que cette position n'est pas une obligation ?

N'y a-t-il pas beaucoup de complaisance dans ce type d'enquête ? Une complaisance qui prêterait à sourire, si elle n'avait aucune conséquence. Il est étonnant - alors que la Commission Outreau bat son plein et a montré les ravages de la rumeur - que des insinuations de la sorte continuent d'être faites au lieu de présenter de façon neutre la position de toutes les parties et de laisser au lecteur le soin de se forger une opinion.

Ces commentaires sans détour sur cet article ne nous empêchent pas de considérer votre magazine comme une référence en la matière et nous réitérons notre proposition de participation à un dossier sur la question des nouvelles spiritualités. Vous avez déjà à votre disposition une importante matière sur notre site : www.cicns.net et en particulier dans notre section interviews : www.cicns.net/Video.htm qui rassemble les contributions de sociologues, juristes, écrivains et de personnes discriminées.

Pourquoi le Monde des Religions ne s'impliquerait-il pas dans le Comité de la Commission d'Enquête Citoyenne pour la liberté spirituelle en France, en participant activement à la démystification des nouvelles spiritualités et en aidant à produire une vraie étude sur le prétendu fléau social que constituent les dérives sectaires en France ?

Nous sommes à votre disposition pour un échange suivi sur ce sujet et serions heureux de vous rencontrer pour vous interviewer sur le phénomène des nouvelles spiritualités.

En vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien porter à ce courrier,

Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations distinguées

Eric Bouzou pour le CICNS

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)