Courrier à Pierre Rabhi

Lettre à Pierre Rabhi pour l'interroger sur ses idées au sujet de la spiritualité et sur son rapport avec les  théories de Paul Ariès. 

Novembre 2005

Bonjour

Le CICNS est une association indépendante qui porte un nouveau regard sur la spiritualité. Nous avons eu l'occasion de vous croiser au colloque de Pau 11/12 décembre 2004, organisé par Envol D'alcyone et Danièle Mitterrand. Nous participions à la table ronde "Liberté".

Dernièrement nous avons initié une commission d'enquête citoyenne sur la liberté spirituelle en France. Nous vous avons envoyé un document descriptif du projet en souhaitant recevoir votre avis sur le fond et la forme de ce projet.

La liberté spirituelle est au coeur de toutes les déclarations des droits de l'homme, de notre constitution, de la loi de 1905. C'est pourtant un sujet que la plupart des hommes politiques français évitent (à de rares exceptions près comme Nicolas Sarkozy, même si on peut lui reprocher son utilisation médiatique démonstrative) ou abordent sous l'angle indirect de la laïcité qui devient alors plus un bouclier qu'un espace d'ouverture.

Des discriminations sont à l'oeuvre dans l'indifférence générale. La question des religions est prise en compte aujourd'hui en France. Même si des difficultés exitent, parfois sérieuses, on peut résumer leur situation à une question d'intégration harmonieuse dans la société. Concernant les nouvelles spiritualités, c'est une question d'existence qui se pose aujourd'hui.

Cette situation et le sentiment qu'aucune initiative crédible ne viendrait de la part des pouvoirs publics ou des médias pour comprendre le phénomène et équilibrer le débat, nous a conduits à lancer une commission d'enquête citoyenne.

De nouvelles valeurs sont nécessaires aujourd'hui. En tant qu'homme politique, vous en êtes le promoteur.

Le nombre de personnes qui ont une démarche spirituelle au centre de leur vie et qui participent par leurs idées au renouveau de notre société est certainement beaucoup plus important que nous l'imaginons, sans doute parce que l'évocation même de la spiritualité est confinée à la sphère privée (on pourrait dire cachée) dans notre pays. Cette diversité est une richesse. S'en priver conduirait à un appauvrissement.

Nous sommes étonnés de voir comment des thèses novatrices et stimulantes, comme celles de Paul Ariès sur la décroissance, sont en même temps accompagnées par cet auteur de propos simplificateurs sur les sectes, c'est-à-dire sur toutes les démarches alternatives spirituelles et de santé puisque le mot est un amalgame presque inconscient qui condamne toutes ces démarches. N'est-ce pas retomber dans une forme de pensée unique ? Nous avons noté votre association à plusieurs débats aux côtés de Paul Ariès en nous demandant quelles étaient vos idées sur la place de la spiritualité dans la société française.

Dans l'optique d'une société aux valeurs nouvelles, il ne sera pas possible, selon nous, de faire l'impasse sur cette question.

Nous sommes cependant conscients qu'une action politique impose de "choisir" les mots utilisés pour éviter les simplifications et les amalgames que les médias ne manquent pas de faire et de répandre.

Nous aimerions connaître votre position sur les nouvelles spiritualités en général et sur le projet de commission d'enquête citoyenne.

Nous vous encourageons à visiter notre site : http://www.cicns.net et en particulier la page : http://www.cicns.net/FAQ.htm et nos interviews videos : http://www.cicns.net/Video.htm. Nous serions très heureux de réaliser une interview de vous sur la question de la spiritualité.

Cordialement

Eric Bouzou pour le CICNS

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)