La religion, une anomalie républicaine ?

 

Dominique Kounkou

 

éditions l'harmattan

 

Un livre consacré à des témoignages de discriminations religieuses

Trois pasteurs protestants (reproche d'enrichissement et d'exercice illégal de la médecine, à savoir prière et imposition des mains.)

Un abbé (imposition des mains).

Une femme qui s'est vue retirer ses enfants à cause d'appartenance à une " secte ",(vengeance de son ex mari qui lui, avait été éloigné de ses propres enfants à cause de problèmes de moeurs !).

L'histoire d'un homme parmi tant d'autres qui, suite à son inscription sur la liste des sectes, s'est séparé d'avec sa femme qui a utilisé cette affaire pour lui refuser le droit de voir leurs enfants.          

Le témoignage d'une enseignante en très bons termes avec ses collègues, jusqu'à ce qu'ils apprennent qu'elle faisait partie de la Scientologie . Après, beaucoup de déboires et pour finir changement du lieu de travail.

Témoignage d'Alain Fimbel , homme très ouvert, travaillant dans des radios libres sur Lyon , sans à priori et qui s'est vu éjecté de toutes les radios suite à ses différentes émissions sur la spiritualité et surtout sur l'intérêt qu'il portait à la scientologie (invitation des scientologues à venir expliquer leur religion). Il n'en fait pas partie lui même. 

Témoignage d'un psychothérapeute de St Nazaire : Gilbert Viard, qui à cause de l'emploi du mot avatar sur sa plaquette publicitaire a eu de sérieux ennuis (diffamations et rumeurs) qui ont terriblement nuis à son installation dans cette région de Guérande.

Enfin un musulman qui s'est battu pour la création d'une mosquée à Montreuil et qui se bat également pour un logement correct pour les immigrés (problème du saturnisme dans les logements insalubres qui leur sont réservés).

Quelques extraits :   

A FIMBEL  : (…) C'est tout le problème de compréhension de la République , savoir qu'elle ne serait pas perdante si elle laissait la liberté aux français, la liberté de visiter leurs espaces intérieurs . Par principe , on estime donc que ce qui sort des individus est nocif. Il faudrait faire attention à ce qui émane de l'individu, c'est sidérant dans le cadre d'une démocratie ! C'est phénoménal en tant que point de vue prétendument républicain ! En d'autres temps, des gens qui raisonnent comme cela auraient été partisans du régime censitaire.

G BRIARD : (…) Toutefois la diffamation, la rumeur dénigrante, étaient lancées. Pour le public, la préoccupation n'est pas de savoir si ces diffamations ou ces rumeurs sont fondées ou non ! Comme je vous le disais tout à l'heure, des entités multiples - que ce soit la concurrence normale entre activités commerciales, que ce soit l'Ordre des médecins, que ce soit des médecins eux mêmes, que ce soit des politiques - ont intérêt à ce qu'on répande des rumeurs ou à ce que l'on s'attaque à des boucs émissaires pour pouvoir nuire à des activités légales, à des personnes et au développement de certaines idées. Ces différentes formes d'attaque n'ont pas forcément besoin d'une base légale pour pouvoir s'exprimer, il suffit tout simplement d'un tissu social réceptif ,et d'avoir des moyens de diffusions, comme certaines associations telles que l'ADFI.

D . KOUNKOU (…) : A l'aube du centenaire de la loi sur la séparation de l'église et de l'état, la passion de l'unité laïque à laquelle se réfère l'Etat français, doit être enrichie d'une prise en compte des formes d'expression religieuse nouvelles auxquelles les citoyens s'attachent. Celles-ci façonnent un esprit nouveau qui a vocation à intégrer cette unité républicaine.  Au lieu d'une mission qui lutte sectairement contre le fantasme des "sectes" une fondation qui ouvre un espace au débat théologique, ainsi qu'un espace juridique pour la défense des libertés de convictions seraient d'une utilité plus grande pour l'état.

La vocation qu'a eue la France à promouvoir à ce point l'idée de liberté dans le monde, ne lui commande t-il pas de mettre fin à cette discrimination elle-même, pour garder son rayonnement universel ?

                                                   

 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)