Liste de diffusion du CICNS, Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités  

"Sectes, un autre regard"

http://www.cicns.net

 

Novembre 2006 - N° 47

 

Lien de désabonnement en bas de page

Les anciennes lettres sont accessibles en bas de cette page !

 


    Un autre regard sur les minorités spirituelles 


 

Nouveautés sur le site  :

 

Compte-rendu de notre rendez-vous avec la Miviludes

 

Un dialogue ouvert mais sans avancée concrète.

 

Audition de Didier Leschi, chef du bureau des cultes au Ministère de l'Intérieur (extraits)

 

M. Leschi ne mâche pas ses mots à l'intention des membres de la commission parlementaire et replace de manière très objective la campagne antisectes dans une perspective attendue depuis longtemps de la part des autorités. Un document majeur à ne pas manquer.

 

Victimes de "sectes" contre victimes de la campagne antisectes : la balance est déséquilibrée mais pas du côté que l'on croit

 

Le constat étant fait, les minorités spirituelles ne peuvent pas rester des victimes mais doivent participer à la création d'une société plus juste. Quelle est leur responsabilité ? 

 

En Chine

 

L'exemple extrême d'une campagne gouvernementale de destruction des minorités spirituelles. Notre dossier à jour.

 


 

Sur le site des News :

 

27 octobre 2006 Lettre du CICNS à Georges Fenech au sujet de la nécessité d'auditionner le CICNS dans le cadre de la commission parlementaire

27 octobre 2006 Communiqué de presse du CICNS : Quel est le véritable objectif de la nouvelle commission d'enquête sur les sectes ?

26 octobre 2006 Jean-Arnold de Clermont, président de la Fédération Protestante de France : "La commission sur les sectes risque de créer des troubles"

24 octobre 2006 Dernières nouvelles du procès de l'Ordre du Temple Solaire qui s'est ouvert à la cour d'appel de Grenoble

20 octobre 2006 Incendie criminel à la salle du royaume des Témoins de Jéhovah à Villefranche ?


 

Les membres du CICNS sont-ils sous surveillance ?

 

Des visites de gendarmes aux motifs nébuleux chez plusieurs membres de l'équipe du CICNS, courant octobre, ainsi que des questionnements tendancieux adressés à leurs proches ou leurs connaissances semblent indiquer l'existence d'une enquête active sur notre association. Notre équipe n'est pas opposée à une enquête mais nous aurions pris comme un signe de maturité et d'écoute de venir nous rencontrer directement plutôt que d'utiliser des tactiques d'espionnage. Nous ne sommes cependant pas surpris de constater que les méthodes qui s'appliquent déjà sans discernement aux minorités spirituelles s'appliquent à nous de la même manière. Les groupes arbitrairement considérés suspects ne sont jamais des "interlocuteurs" et, dans la France d'aujourd'hui, on subit vite et sans "autre forme de procès" les moyens que l'on croyait réservés aux terroristes notoires ou aux criminels. En fait, l'amalgame entre spiritualité et criminalité que nous dénonçons depuis le début de notre action s'illustre à nouveau dans cette situation.

 


 

Le mot du Président  :

 

L'intervention de Didier Leschi lors de son audition auprès de la troisième commission d'enquête parlementaire sur les sectes est significative. Elle montre qu'un certain nombre de personnes au gouvernement ont compris la difficulté des questions posées et, devant cette difficulté, se refusent à pratiquer l'amalgame. Elles sont, nous en sommes persuadés, plus nombreuses que celles qui pratiquent une stigmatisation systématique, mais curieusement ces dernières ont le porte-voix en leur faveur.

 

Le trouble supposé à l'ordre public, sans arrêt évoqué dans cette commission, conduit en principe, tôt ou tard, à une action en justice ou à un avis du conseil d'État. Il apparaît donc naturel dans un État de droit de se référer in fine aux décisions de ces organismes pour évaluer le trouble à l'ordre public.

 

Apparemment, les députés de la commission ne l'entendent pas de cette oreille et expliquent qu'un niveau de trouble existe qui n'est pas pris en compte par la jurisprudence mais  néanmoins significatif et documenté dans les différentes conventions internationales de défense des droits des enfants.

 

La commission invoque des "témoignages de victimes" pour étayer ses thèses de dangerosité des minorités spirituelles. Même si ces témoignages doivent être entendus, ils ne peuvent en aucune manière constituer un élément suffisant pour affirmer une dangerosité de façon globale : dans ces situations, quelle part revient aux comportements humains que l'on pourrait retrouver dans n'importe quelle organisation et quelle part de ces comportements peut être attribuée à la doctrine du groupe ? Reconnaissons, d'autre part, que si l'on évaluait n'importe quelle organisation à partir des personnes qui la quittent et se retournent contre elle, aucune n'y survivrait. Mais, à l'évidence dans ce cas, c'est le but recherché.

 

Les députés de la commission estiment, sans preuve donc, qu'il faut prendre en compte une menace non cernée par la justice. Admettons. Mais alors, les membres de cette commission n'ont pas réuni l'expertise requise pour évaluer ce nouveau "trouble à l'ordre public". La question ayant été subtilement déplacée de la sphère du droit vers une sphère d'évaluation psychologique, sociologique, ethnologique, veut-on nous faire croire que les quelques personnes auditionnées (en grande majorité, du reste, porte parole du discours anti-secte) permettront aux députés d'apprécier justement toutes les minorités qu'ils visent ? Cela n'est pas sérieux.

 

La seule façon de sortir de l'impasse est de créer en France un véritable observatoire de la spiritualité, comme le propose le CICNS. Cet observatoire, indépendant, permettra aux différentes expertises rassemblées d'adopter enfin une démarche de connaissance et de tourner le dos à une voie de stigmatisation suivie depuis de trop nombreuses années. Il évitera également à certains de nos députés d'improviser dramatiquement sur des sujets sensibles.

 

http://www.cicns.net/Soutien.htm

 


Lectures essentielles :

FAQ   Charte du CICNS   Un grand mouvement solidaire   CEC  Tous les clips vidéo   Catalogue des vidéos

  

Les lettres précédentes  : 

1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21 22  23  24  25 

  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46

 

 


 

Vous êtes inscrit(e) à la liste de diffusion du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités parce que vous en avez exprimé le souhait personnellement ou parce qu'un ami l'a demandé pour vous. S’il s’agit d’une erreur, merci de bien vouloir nous en excuser. Vous pouvez facilement annuler cette inscription en cliquant sur ce lien pour envoyer un mail de désabonnement.

 

Cette liste de diffusion confidentielle n'est  utilisée que pour l’envoi de deux courriers mensuels au maximum, dans lesquels vous trouverez les mises à jour régulières de notre site, des nouvelles de nos actions et de nouvelles occasions de réfléchir profondément, au-delà des amalgames et des diffamations, à la question que pose notre site : "Un autre regard sur les minorités spirituelles" sur http://www.cicns.net.

 

Le CICNS est un centre rigoureusement indépendant des minorités spirituelles mentionnées dans les pages de son site. Pour plus de renseignements au sujet de ce Centre, merci de visiter la page http://cicns.net/CICNS.htm

 

 En espérant vous garder parmi nos lecteurs,

 

 Bien amicalement, l'équipe du CICNS

 

 

© CICNS 2006 Admin@CICNS.net