L'esprit sectaire, cancer de l'esprit humain

Par Alain Lecuyer

Depuis plusieurs mois, une campagne contre les "sectes" fait rage dans les média et dans certains cercles de la classe politique prenant prétexte de l'activité de quelques grands groupes internationaux qui pratiquent le recrutement d'adeptes selon des méthodes qui s'apparentent à du harcèlement psychologique, des témoignages d'anciens adeptes repentis qui décrivent l'enfer dont ils sont revenus, de malversations financières don certains groupes se sont rendus coupables, une chasse aux sorcières avec appel à délation comme aux pires heures du régime de Vichy est déclenchée dans le pays. Présentées comme un fléau qui menace les fondements de la République, les "sectes" apparaissent comme le bouc émissaire idéal en ces temps d'incertitudes, où les valeurs matérialistes de la société de consommation vacillent, confrontées à la réalité quotidienne qui met à mal les prophéties radieuses des dévots du progrès économique. Hier les Juifs, aujourd'hui les immigrés et maintenant les adeptes du spirituel, nos sociétés n'ont de cesse de traquer ceux qui ne ressemblent pas au modèle dominant de nos mythes. L'étranger, le barbare, l'autre, celui qui témoigne de la diversité de l'espèce humaine, celui dont la parole n'encense pas les prêtres des idées du moment, celui-là doit être sacrifié sur l'autel des passions du même.

 

Hier la circoncision, aujourd'hui la peau colorée, signes physiques de l'appartenance à un groupe humain désigné comme "parasite", et maintenant la méditation, l'homéopathie, le végétarisme, l'éducation différente devenus des signes cliniques d'une déviance sectaire. Les critères changent, les méthodes de chasse aux sorcières demeurent, il faut jeter en pâture à l'opinion publique, ce censeur sans visage, qui n'a d'opinions que celles qu'on lui prête, ceux qui frayent d'autres voies, ceux qui menacent l'ordre de la pensée dominante. L'Histoire ne serait-elle qu'un éternel recommencement où seuls les décors changeraient, et où le texte serait le même, adapté aux conditions de l'époque ?

 

Ce qui menace l'Humanité, ce ne sont pas tant les "sectes", qui ne sont à chaque époque que le révélateur d'une crise des croyances et des valeurs, que l'esprit sectaire, cette folle négation de l'unité dynamique et paradoxale des contraires.

 

L'esprit sectaire n'est pas propre à quelque groupe de ce soit. Tous les groupes de pensée dominants ont commencé par être désignés comme sectes par ceux qui sentaient leur pouvoir menacé. Tout groupe de pensée hégémonique dans quelque domaine que ce soit, n'est en réalité qu'une secte qui a réussi. La charge émotionnelle que véhicule ce mot de secte vise à disqualifier ceux que l'on classe dans ce registre. La secte est dans l'inconscient collectif, l'incarnation vivante du Mal, une menace pour l'unité mythique du groupe social. L'esprit sectaire est propre à l'esprit humain, il est l'expression de l'illusion de l'unité statique de l'Un. En effet, l'Un n'existe pas dans la négation de l'Autre mais dans sa complémentarité. Vouloir supprimer l'Autre pour retrouver l'unité originelle de l'Un, c'est détruire le principe même de l'existant qui repose sur l'unité des contraires. De même que la lumière ne saurait exister sans l'ombre, le soleil sans la lune, la vie sans la mort, l'Un ne peut exister sans l'Autre. L'esprit sectaire dans sa passion destructrice de la pureté, veut abolir l'altérité et le rêve du Bien sans le Mal, du bonheur sans la souffrance. L'esprit sectaire est source de tous les totalitarismes qui aboutissent au nom d'un présupposé Bien à répandre le Mal. L'Histoire est le témoin ensanglanté de cette folie meurtrière de l'esprit sectaire. S'il est une lutte urgente à mener, c'est bien celle de l'esprit sectaire et cette lutte concerne chaque être humain, car chacun d'entre nous est soumis à chaque moment de sa vie à la tentation sectaire. Ce que nous croyons être la Vérité n'est en réalité que notre vérité, car si la Vérité est contenue dans chacune de nos vérités, celles-ci ne sont qu'une parcelle de la Vérité. L'oubli de cette vérité est la cause des guerres et des souffrances de l'Humanité. Le Temps et la Mémoire n'y feront rien tant que chaque être humain cherchera à l'extérieur de lui-même les causes de ses malheurs. Le monde n'est ni blanc ni noir et encore moins gris, il est à la fois blanc et noir et plus que ça. Le monde est une palette de couleurs et vouloir en supprimer une qui ferait tache, c'est à coup sûr défigurer la toile et maculer de sang l'œuvre du créateur.

C'est notre responsabilité incontournable d'éducateurs d'éclairer l'esprit sectaire qui se cache en chacun de nous et s'affiche autour de nous afin d'accompagner ceux qui nous sont confiés dans l'émergence de leur singularité et le respect de celle des autres.

 

Alain Lecuyer Directeur de l'Envol BP15 - 44640 Saint-Jean-de-Boiseau Tél/Fax 02 40 65 90 61

 

PS : il doit être clair dans l'esprit de tous, que nous ne saurions cautionner des pratiques contraires à la Déclaration des Droits de l'Homme et à la Convention des Droits de l'Enfant. Contre ceux qui s'en rendent coupables, la justice doit pouvoir mener à bien sa mission en toute Indépendance.

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)