Un nouveau groupuscule antisectes qui n'a pas l'intention d'élever le débat

Par le CICNS (août 2012)  

La mouvance antisectes débridée enfante régulièrement des initiatives les plus désolantes que le CICNS est seul à dénoncer sur la place publique. Une nouvelle association, particulièrement agressive et faussement intitulée « Combat pour le libre arbitre », fait sa publicité sur Internet en se présentant comme un groupe de « combat » contre les « sectes » dont les militants « tenteront d'infiltrer certains desdits groupes et de les déstabiliser » et « ont déjà tenté de faire procéder à l'annulation de quelques conférences ou manifestations douteuses ». La page principale de leur site explique que « l’obscurantisme va être de retour » (sic).

Libre arbitre ? Obscurantisme ? Ce n’est pas la première fois que l’aveuglement des petits croisés, inspirés par la violente approche gouvernementale sur la question, génère ce genre de pamphlet dont les mots utilisés ainsi que la portée de leurs actes les dépasse complètement (annuler des conférences douteuses, belle défense du libre arbitre, sans parler de l’obscurantisme qui consiste à empêcher la diffusion des savoirs et sagesses dont nombre de minorités spirituelles/éducatives/thérapeutiques font la promotion).

Le président de cette association, Yves Matthieu Damon (en désaccord avec les ADFI parce qu’il s’y trouverait trop de « grenouilles de bénitiers »), pratique le spam en envoyant sa prose à toutes sortes de personnes ne l’ayant pas sollicitée. Un éditeur nous a fait parvenir un de ses courriers qui se présente comme une déclaration de guerre, encore inédite dans le paysage français pourtant déjà obscurci depuis trente ans par la grossièreté du militantisme antisecte moyen.

Le CICNS exercera également sa vigilance à l’égard de ce nouveau né de l’intolérance, afin que le libre arbitre et les droits fondamentaux soient protégés et que l’obscurantisme ne soit pas de « retour » (pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu : « L'obscurantisme est revenu mais cette fois, nous avons affaire à des gens qui se recommandent de la raison. Face à cela, on ne peut pas se taire. »).  

 

 

 

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)