Manifestation des élus parisiens contre la Scientologie

NOUVELOBS.COM | 11.10.05 | 11:55

Des élus de tous bords et des associations ont manifesté devant le siège parisien de l'Eglise de scientologie pour dénoncer son prosélytisme.

A l'initiative de Anne Hidalgo, première adjointe socialiste au maire de Paris, et présidente d'un comité de vigilance contre les sectes, une manifestation a eu lieu samedi 8 octobre à 11h30 rue Jules César devant le siège parisien de l'Eglise de scientologie. La manifestation ouverte à tous a rassemblé une cinquantaine de personnes, élus et membres d'associations. "Nous voulons mettre en garde les Parisiens contre la dangerosité de certains mouvements et les alerter sur la présence de ce type de lieux qui n'est pas quelque chose de banal", explique Anne Hidalgo. "Une autre fois nous irons devant la Nouvelle Acropole, dans le XVe". "Il faut que les Parisiens soient informés de leur présence et de leur dangerosité. La scientologie, ce n'est pas une église, c'est un mouvement qui s'attaque aux personnes en détresse", a-t-elle ajouté.

Contre-manifestation

Une centaine de membres de la Scientologie, considérée comme "mouvement sectaire" sur la liste parlementaire de 1996, ont de leur côté organisé une contre-manifestation devant leur locaux du 7 rue Jules César (XIIe arrondissement), en brandissant des pancartes "touche pas à ma religion".

Les élus ont défilé, ceints de leurs écharpes tricolores devant le siège de la Scientologie en chantant la Marseillaise, sous les applaudissements ironiques des scientologues.

Présent à leurs côtés, le président de l'association Attention enfants, Xavier Laugaudin, a de son côté insisté sur l'importance pour les parents de "surveiller leurs enfants", cibles potentielles selon lui du "prosélytisme" de l'Eglise de Scientologie.

"La semaine dernière au métro Château-Rouge, ils distribuaient des tracts pour des soi-disant méthodes miracle de rattrapage scolaire. Ils pénètrent les familles par le biais des enfants", a-t-il affirmé.

Dans la contre-manifestation, à laquelle participaient des représentants de l'association Nouvelle Acropole, les membres de la Scientologie ont scandé à plusieurs reprises "Paris liberté! Non au flicage de la pensée!"

Plainte contre X

Anne Hidalgo a déposé plainte contre X en juin après la découverte fin mai de tracts signés d'un prétendu "comité de soutien à Anne Hidalgo" et conseillant de dénoncer à la mairie tout comportement "non conforme".

Le tract publiait une carte de la capitale signalant les sites de mouvements considérés comme sectaires et figurant sur la liste parlementaire de 1996. Selon Anne Hidalgo, cette carte est un document de travail interne à la Mairie de Paris qui aurait dû rester confidentiel et va être réactualisé.

Anne Hidalgo a souligné son inquiétude vis-à-vis de l'inflexion de la politique gouvernementale de lutte contre les sectes depuis 2002. "On sait que la Scientologie est infiltrée dans les lieux de pouvoir, on est en alerte", a-t-elle dit, dénonçant la réception de l'acteur américain Tom Cruise par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Economie, et par le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, qui l'avait fait citoyen d'honneur de la ville.

http://permanent.nouvelobs.com/politique/20051008.OBS1497.html


Y a-t- il une banalisation de la lutte contre les sectes en France ?

Chronique du 11 octobre 2005

Depuis quelques années, observateurs, parlementaires, associations d'aide aux victimes ont le sentiment que les pratiques sectaires se banalisent dans le pays... Une manifestation d'élus a eu lieu ce week end , à Paris, devant le siège de l'Eglise de Scientologie pour protester contre son prosélytisme...

Longtemps restée sourde à la menace sectaire... la France avait publié en 1995, suite aux massacres de l'ordre du temple solaire, un premier rapport d'enquête parlementaire sur les sectes.

172 mouvements avaient été épinglés...

En 1999, nouveau rapport parlementaire sur cette fois, les sectes et l'argent. Parallelement, les gouvernements successifs ont mis en place un Observatoire, devenu en 1999 la fameuse MILS, la mission interministérielle de lutte contre les sectes, rebaptisée MIVILUD, en 2002.

Et depuis ?... C'est la question posée ce week-end par les élus venus manifester, et avec eux, des associations d'aide aux victimes...

Il faut dire que la situation samedi était cocace. Imaginez, d'un côté, la scientologie, au milieu de la rue, petite fête , ballons, accordéons. De l'autre, des élus dont le maire de l'arrondissement en tête, corps à corps avec les CRS, coinçés, sans pouvoir passer.

Ca parait anecdotique, mais cela ne l'est pas du tout pour Anne Hidalgo, 1ère adjointe au maire de Paris, à l'origine de la manifestation de ce week end... C'est même très révélateur selon elle Anne Hidalgo va jusqu'à parler de "complaisance" des pouvoirs des publics envers les mouvements sectaires. Le changement d'appellation même de la mission interministérielle chargée du dossier rebaptisée en 2002 MIVILUDES (de lutte contre les sectes, elle passe à vigilance contre les dérives sectaires est symptomatique. Depuis 3 ans, le phénomène sectaire se banalise

(...)

Un dossier de Sandrine Oudin, journaliste au service des reportages de France Inter.

http://www.radiofrance.fr/

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)