Courrier à Libération

Lettre adressée à Libération à propos de « Charlie saute sur les sectes », un article vantant la prose de Charlie Hebdo sur les sectes, paru le 25 juin 2004 page 17

A Monsieur le Directeur de publication et Madame Catherine Coroller

11 juillet 2004

Monsieur,

Le CICNS est une association née du constat que les orientations et pratiques spirituelles sont, en France, depuis plusieurs années, mises à mal par les amalgames tendancieux d’une croisade discriminatrice envers les nouvelles expressions de la recherche spirituelle.

L’objectif du CICNS est de faire respecter la recherche spirituelle dans toute sa diversité et de mettre un terme à l’inacceptable association qui est faite quotidiennement entre les mouvements spirituels et la criminalité ou la manipulation mentale. Le terme « secte » résume, pour le grand public, cet odieux amalgame. Les responsables et les membres actifs du CICNS sont conscients de la nécessité de fonder leurs actions et leurs paroles sur un regard impartial afin de restaurer la vérité sur la recherche spirituelle et sur les intentions des activistes anti-sectes en France.

Le CICNS propose sa collaboration à tous ceux qui sont confrontés à la réalité des Nouvelles Spiritualités en France, en apportant son expérience et ses connaissances dans une volonté de médiation et d’apaisement. Le CICNS est constitué d'une équipe importante de bénévoles qui ont été les témoins et les acteurs de notre société ces dernières années, en tant que journaliste, chefs d'entreprise, cadres commerciaux, ingénieurs, et en association avec des sociologues, avocats et ethnologues qui participent à ce projet. Le CICNS n’est lié à aucun mouvement qualifié de « secte » ni ne représente aucune tendance spirituelle particulière. C’est un centre totalement indépendant.

Dans votre édition du 25 juin dernier page 17 rubrique « Société » sous le titre « Charlie saute sur les sectes », une brève signée de votre main fait la promotion du hors série n° 18 de Charlie Hebdo sur les sectes, suggérant que sa rédaction aurait été le fruit d’un véritable travail d’investigation. Une vérification menée en toute impartialité et objectivité auprès des groupes et personnes stigmatisées dans ce journal vous permettrait de réaliser que la plupart des informations citées par les journalistes de Charlie Hebdo sont soit inexactes, soit incomplètes, soit fausses, soit souvent vieilles de plusieurs années, voire dizaines d’années, soit pour finir, complètement sorties de leur contexte initial puis amalgamées dans un patchwork n’ayant plus rien à voir avec une quelconque réalité. De la même manière, les références citées comme étant sources d’informations et « trousse de secours », sont toutes connues pour leur partialité. Pourtant, de nombreux travaux et recherches ont été véritablement menés et publiés en France avec le souci de la neutralité et de l’exactitude sur cet important sujet de société : « La France face aux sectes » de Bruno Etienne, historien et sociologue, « Un ethnologue au Mandarom » de Maurice Duval, ethnologue, au PUF et « Les nouvelles formes du sentiment religieux : un défi pour la laïcité moderne ? » du pasteur et sociologue Dominique Kounkou, chez l’Harmattan, pour n’en citer que quelques-uns. Lorsque vous affirmez que la rédaction de ce hors série est le fruit d’un travail sérieux d’investigation, vous trompez vos lecteurs. Ce n’est qu’un pamphlet anti-nouvelles spiritualités de plus, il aurait été plus honnête de le présenter ainsi.

Par ailleurs, vous écrivez que vous trouvez le résultat « hilarant » pour reprendre vos propres termes. Il est très troublant qu’un journal né de la libération ait une telle perspective face à une propagande clairement discriminatoire. En Europe durant les années 30, les personnes de convictions juive deviennent l’objet de railleries et de moqueries, s’intensifiant au point d’être permanentes. Tout ce qui est dit et écrit sur leur sujet même les affirmations les plus grossières et les plus caricaturales deviennent rapidement des évidences que plus personne ne songe à remettre en cause, avec à terme, les conséquences que l’ont sait. Nous vous invitons donc à regarder ce que vous trouvez si drôle dans les dessins et textes de ce hors série de Charlie-Hebdo.

Aujourd’hui en France, il est de plus en plus fréquent d’avoir à se justifier sans fin, de devenir suspect et sujet d’ironie auprès de son entourage professionnel ou amical dès lors que l’on brûle de l’encens, que l’on fait du Yoga, que l’on a un livre ésotérique ou spirituel sur sa table de chevet, que l'on prend du temps de silence pour faire le point avec soi, ou que l’on s’intéresse de près ou de loin à une nouvelle forme de spiritualité. Beaucoup de personnes sont individuellement meurtries dans leur vie quotidienne parce que leurs orientations et pratiques spirituelles ne plaisent pas à certains (pertes d’emploi, pertes de la garde d’enfants, jugements et condamnations sur les opinions et non sur les faits, refus d’accès à des biens publics et collectifs). Pourtant l’actualité n’apporte la preuve de l’existence que de très peu d’ « affaires » et de « victimes » liées à une supposée cause sectaire. Ces cas isolés quand ils sont démontrés par la justice ne justifient pas qu’ils soient traités différemment des affaires du droit commun, sous prétexte que leurs protagonistes ont une démarche spirituelle non conventionnelle, comme si l’on devait juger différemment un criminel selon ses opinions politiques et croyances religieuses et non sur des faits avérés. Nous vous invitons donc à vous interroger sur les véritables motivations de cette campagne anti spiritualité en France et de mesurer votre responsabilité sur ses conséquences dramatiques dans la vie de nombreux citoyens. Ces méthodes bêtes et méchantes sont celles de tous les totalitarismes et ont pour seul but de faire peur et de stigmatiser. Ce hors série s’y emploie avec zèle.

Nous espérons qu’au-delà des pressions des groupes d’intérêts, vous parviendrez à être le média objectif, impartial, précis et tolérant que vous semblez aspirer à être. Nous serons heureux de pouvoir y contribuer dans notre domaine et de vous rencontrer aussitôt que possible, pour vous présenter plus en détail la réalité des nouvelles spiritualités en France et des atteintes aux libertés individuelles en matière de choix d’opinions et de pratiques spirituelles, et déterminer avec vous nos possibilités de coopération.

Veuillez recevoir, Monsieur le directeur de la publication, l’expression de nos sentiments distingués.

Le Président

Haut de page


© CICNS 2004-2015 - www.cicns.net (Textes, photos et dessins sur le site)